sur l’initiative de Fondation de la France Libre, restauration de la Statue de Jeanne d’Arc à Nouméa

cheron

Monsieur Julien CHERON, (à droite) et son aide, artistes de cette magnifique restauration.

Allocution du 9 novembre 2016 sur le parvis de la cathédrale de Nouméa

Après le dévoilement de la Statue restaurée, nous rendons  hommage à Jeanne d’Arc, dont la statue sise sur le parvis de la cathédrale de Nouméa nécessitait une sérieuse rénovation.

Cette rénovation, à l’initiative de la Fondation de la France Libre, a été financée par une souscription lancée en direction des associations patriotiques et d’anciens combattants du territoire dont une partie a adhéré au projet et je veux citer :

L’Amicale doyenne des anciens combattants de Nouvelle Calédonie.

L’Amicale des combattants des  Opérations Extérieures.

L’Association des amis des Etats-Unis.

La Société Nationale d’Entraide de la Médaille Militaire section de Nouvelle Calédonie

L’Union Nationale des Personnels et Retraités de la Gendarmerie – Nouvelle-Calédonie – Vanuatu.

L’Amicale des Combattants du Mont-Dore.

L’Union Nationale des Combattants de Dumbéa.

A cette participation il faut rajouter celle de la mairie de Nouméa et souligner l’aide sans faille de Madame la Députée-Maire dans ce projet.

Le traitement anticorrosion de la statue a été réalisé par la société ARRIBA et sa décoration est l’œuvre de deux artistes peintres, M. Julien CHERON et M. Galilée HERSON-MACAREL qui ont mis tout leur talent et leur savoir-faire dans cette restauration.

Notre jeanne d’Arc a été offerte au diocèse de Nouméa par l’archevêché d’Orléans et inaugurée le 19 juillet 1901. De cette époque au 2 novembre 1924 date de l’Inauguration du monument aux morts de Nouméa, Jeanne d’Arc fait office de monument aux morts et est considérée comme un monument patriotique et républicain.

Nous avons souhaité, au travers de cette restauration, faire ressortir le lien patriotique q

ui existe entre Jeanne d’Arc et les Français, tous les Français, de toutes origines, sans distinction de religion ou d’opinion partisane.

« Toute collectivité, toute famille, toute nation a besoin de légendes et de mythes. C’est une grande chance quand la légende et l’histoire se recoupent, quand l’histoire est légendaire, quand la légende est historique.

Ne laissons Jeanne d’Arc en otage ni aux uns ni aux autres. Si elle a été brûlée vive à Rouen à l’âge de 19 ans et si ses cendres ont été dispersées dans les eaux, c’était pour que les Français cessent de se diviser entre eux et qu’ils se retrouvent réunis dans l’honneur et dans la grandeur. »

L’honneur et la grandeur ! J’ai voulu que le piédestal sur lequel repose Jeanne d’Arc « Mère de la Nation Française » soit aux couleurs de l’Ordre de la Libération, prestigieuse et rarissime décoration détenue par le Bataillon d’Infanterie de Marine du Pacifique et dont la devise « Patriam Servando Victoriam Tulit » « En servant la Patrie il obtient la victoire » correspond parfaitement à ce que fut l’engagement de Jeanne d’Arc pour la libération de la France et la reconquête de sa légitimité par le couronnement de son Roi.

Jeanne, première Résistante de France et nul doute que le Général de Gaulle qui était un fervent admirateur de Jeanne d’Arc aurait fait d’elle un « Compagnon de la Libération dans l’honneur et par la victoire »

jeanne-1-avant

Jeanne d’Arc avant restaurationvisage-jeanne-avant

jeanne-de-profil

Jeanne d’Arc après restauration

visage-jeanne-apres-restauration

jeanne-restauree

les-autorites

les-asociations-ayant-participe-au-financement

Les Drapeaux des associations ayant participer au financement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *